AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses


 

 Tyden B. Smaragd — Civil [fini]

avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 13/02/2014
Messages : 15
ID card : 24 ans ; Orfèvre ; Sidheim




Sujet: Tyden B. Smaragd — Civil [fini]
Jeu 13 Fév - 10:39


Smaragd B. Tyden
A dame that knows the ropes isn't likely to get tied up

DÉNOMINATION ► Tyden Brianan Smaragd
SURNOM ► Bree
AGE ► 24 ans
ORDRE ► Or
HABITATION ► Sidheim/Nethjea
LIEU DE NAISSANCE ► Sidheim
MÉTIER ► Orfèvre - fournisseur royal
AVATAR ► Devola & Popola - NieR
«  Tertehas Loran, pardonnez mon impudence mais... »

L'homme marqua une courte pause. Du bout des dents, il mordit sa lèvre inférieure puis adressa un regard où la détermination et la crainte s'entremêlaient. Un vague haussement de sourcils anima le visage de Loran. Dans ses yeux céruléens dansait le profond désintérêt de celui qui prédisait l'objet de la requête. Esquissant un discret mouvement, il invita tout de même l'homme à finir sa phrase.

«  Mademoiselle votre sœur... Il semblerait... Serait-elle actuellement à Sidheim ? »
«  C'est exact mais je crains que votre désir de la voir ne soit compromis, Setehas Norwen. »

Sa voix peu amène ne jugea pas nécessaire d'apporter des explications. Son pied glissa dans son étrier et dans un geste souple, le chevalier se hissa sur son kahazar marquant la fin de la brève discussion. Il avait mieux à faire que de s'éterniser avec un homme qui rejoindrait la longue liste des rejetés. Et ce soir, avec leur père et son frère cadet, ils mettraient au point un stratagème pour endiguer ce problème. Ses talons rencontrèrent gentiment les flancs de l'animal et une scène se rejoua dans son esprit. Tyden avait à peine fêté ses 18 ans. Un jeune homme, à peine plus âgé qu'elle, s'était présenté un coffret contenant une bague dans les mains. Avant même que ses lèvres ne s'entrouvrent, l'adolescente s'était extasiée de la finesse du bijou et lui avait assuré qu'en tant qu'amie, elle était persuadée que l'objet de ses pensées accepterait ses sentiments.
Rejeter avant même d'avoir pu proposer. Quelques-uns avaient connu un sort identique.
Les lèvres de Loran se retroussèrent dans un sourire amusé. L'expression disparut bien vite à l'aperçu d'une certaine monture devant la demeure familiale. À peine était-il arrivé qu'un domestique vint à sa rencontre. Sans un mot, l'homme confia les rênes de son destrier et s'engouffra dans l'habitation. Sa silhouette fila jusqu'à une pièce d'où des rires fusaient.

«  Ma chère Brianan, ne suis-je pas un parfait cadeau pour vos 24 ans ? »

Des doigts attrapèrent nonchalamment des longues mèches rouges jouant avec. Deagan, le cadet assis de l'autre côté de la table, accorda un furtif regard ennuyé à cette parade amoureuse.

«  Ou bien tenez-vous absolument à épouser un de ces... » Sa tête se pencha sur le côté faisant danser des mèches châtain. «  combattants ? »

Un éclat de rire enfantin résonna brusquement dans la pièce. Depuis ces 19 ans, depuis le jour où le frère d'une de ses amies les avaient emmenées à l'arène des Aubépines, une petite partie de son cœur avait été ravie par le bruit des armes, la force des hommes et leur détermination à gagner. Admiratrice infidèle, Tyden avait ses champions qu'elle observait tels des êtres sacrés avant de chérir un nouvel arrivant. Ses parents désapprouvaient fortement cette passion mais la jeune femme n'en avait que faire. C'était son jardin secret. C'était le moment où un flot d'émotions submergeaient son cœur et son esprit. Mais lorsqu'elle croisait un de ses héros, ses jambes se transformaient en coton et les mots se coinçaient au fond de sa gorge. Plaçant une main devant ses lèvres fines à peine dessinées, elle se calma avant de souffler sur un ton malicieux.

«  Setehas Neason. » Ses yeux verts jaugèrent l'air intrigué de l'homme. «  Que votre esprit soit rassuré, il n'est nullement dans mes intentions d'épouser un combattant. Ou tout homme vivant par les armes. Sur ce, messieurs, je prends congé. »

Sa silhouette longiligne quitta son assise. Du haut de ses 1m75, elle offrit un adorable sourire à Neason puis son corps fit un pas en arrière. Dans un mouvement ample, elle passa la cape qui reposait sur le dossier de la chaise. Le tissu grenat agrémenté de fleurs brodées dans un fil dorée dissimula en grande partie sa tenue. Une main aux doigts abimés par les longues heures de travail s'échappa pour saisir une sacoche en cuir usé. Un bracelet en argent dont les torsades évoquaient des chromex entrelacés dansa autour d'un poignet fin. Sous le métal frissonnait une peau presque diaphane. Un teint qui semblait plaire à bien des hommes. Peut-être le trouvaient-ils pur. Peut-être leur évoquaient-ils la fragilité. Elle cherchait la réponse à cette question tout en ajustant sa capuche sur ses cheveux flamboyants. Contrairement à ce que beaucoup croyait, Tyden ne désirait pas un mariage d'amour. Elle attendait simplement de trouver l'homme qui apporterait une nouvelle valeur à sa famille. Qui l'aiderait à grandir, à prospérer davantage.

Pour l'instant, aucun homme n'avait suffisamment de valeur à ses yeux pour qu'elle laisse une bague orner son annulaire gauche. Mais elle aimait aussi dire qu'elle n'avait pas le temps. Immergée depuis son enfance dans l'orfèvrerie, Tyden avait très vite réalisé qu'elle voulait en faire le pilier central de sa vie. Il n'avait rien de plus beau et de plus magique qu'une pièce entrain de prendre vie entre ses mains. Son exigence n'avait que d'égal son attention envers les clients. Au fil du temps, certains étaient même devenus des connaissances très proches. Au-delà de tout cela, elle avait aussi des projets des plus concrets. Elle voulait finir le collier que son père avait commencé dans le plus grand secret, il y avait 10 ans de cela. Ce bijou de technique, qu'il avait espéré offrir à la Reine avant la tragédie, elle souhaitait l'achever et le donner au Prince. À cette simple pensée, son prochain séjour à Nethjea se dressait dans son esprit. Sélectionner les joyaux elle-même, vérifier la qualité des métaux puis revenir à Sidheim, errer dans les allées de la bibliothèque royale à la recherche d'inspiration à travers différentes histoires. Parfois, Tyden aimait aussi s'éloigner de la Capitale et puiser dans de nouveaux paysages, un regain d'énergie.

Pourtant il y avait 10 ans de cela, Tyden aurait jamais pensé fouler, à nouveau, le sol du palais. Traumatisée, fuyant ce théâtre empli de mauvais souvenirs, meurtrie dans sa chair sur toute sa cuisse gauche, elle avait longtemps pensé à rester à Hwayoso. Et depuis ses 13 ans, elle n'avait cessé de se considérer comme un de ces objets abimés. Les cicatrices n'avaient pas entièrement disparu et elle se sentait incapable de dévoiler ce corps imparfait à un homme. Sa seule valeur émanait de son travail. À cette affirmation, un an plus tôt, sa mère n'avait pu retenir des sillons de larmes. Cependant, ni l'une, ni l'autre n'en avait parlé à Loran par crainte que la culpabilité de ne pas avoir su protéger sa petite sœur le ronge à nouveau. Son père n'en savait rien non plus pour l'épargner le regret de l'avoir emmené avec lui, ce jour-là.

Pour chasser les démons, pour guérir les cicatrices invisibles, Tyden souriait, riait aux éclats et cette bonne humeur insolente similaire à son premier amour, sa liberté, narguait ceux qui cherchaient à l'enchaîner.

Seulement, les hommes Smaragd n'avaient pas pour habitude d'abandonner. Les Ordres, la Justice et l'Artisanat. Dans les veines de chaque génération coulait cet identique désir de réussite. Si chacun de ces messieurs avait ses exigences pour sélectionner leur perle rare, ils étaient tous d'accord sur un point : il fallait un homme de caractère.

Le candidat fut trouvé. Les parents se rencontrèrent. Les frères jugèrent et approuvèrent le potentiel fiancé. Ne restait plus que Tyden qui tel un chromex continuait à éviter ce piège familial et se méfiait de Deagan, dont la fourberie n'avait d'égal que sa patience.

Les mois s'écoulèrent paisiblement laissant supposer que l'affaire était close. Enveloppée par un indéniable soulagement, Tyden se rendait à son atelier le cœur léger. Ouvert deux ans auparavant, cet endroit marquait autant sa réussite que son indépendance. Grâce à lui, elle ne restait pas dans l'ombre de son père et attirait une large clientèle. Car si son paternel ne travaillait que l'or et l'argent, la jeune femme chérissait aussi le fer. À ses yeux, la noblesse ne venait pas du matériaux brut, mais de ce que la main habile en faisait. Ainsi le regard rempli de tendresse, la jeune femme caressait les silhouettes de deux kahazars fièrement cambrés sur leurs pattes arrières. Dos à dos, les animaux supportaient une coupe polie avec soin.

« C'est une bien belle pièce, mon enfant. »

Tyden sursauta avant que des larmes ne roulent sur ses joues. Elle ne pouvait les retenir à cette voix familière et encore moins en voyant la propriétaire de cette dernière.

« Yvonette ! » Quittant sa place, elle se précipita vers une veille femme. Ses cheveux blancs pendaient sur son épaule, dans une longue tresse soignée. Sa silhouette menue et son sourire paisible inspiraient une grande douceur. « Mais tu n'aurais pas dû quitter Hwayoso... »

La plainte tira un rire cristallin à son interlocutrice. Elles connaissaient les enfants Smaragd depuis leur plus tendre enfance et pour cause, ancienne domestique de la famille maternelle, elle avait eu la chance d'assister à chaque naissance. Le signe de ce lien encore fort s'était traduit par le séjour de Tyden chez Yvonette. Sa mère n'avait pas réfléchi deux fois à la placer chez cette femme, qu'elle considérait comme une seconde mère. Dans le regard bleu lavé de l'arrivante se défilaient les jours passés. Une de ses mains ridées glissa sur la peau pâle.

« Tu seras une belle épouse... »

Le murmure transperça le cœur de Tyden. Figée, les lèvres entrouvertes mais incapable de parler, elle dévisagea Yvonette.

La crainte que leurs réalisations soient volées par des hors-la-loi.
Ces fiançailles qui plainaient au-dessus de sa tête.

Ses yeux se baissèrent. Il semblait que sa vingt-quatrième se déroule sous des auspices bien peu paisibles.


Derrière l'écran

J'ai sauté sur les étoiles puis j'ai couru sur la voie lactée avant d'atterrir ici.
Et non, je ne suis pas folle. Pas plus que la moyenne.
Sinon vous parlez d'Elvis the Pelvis ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 08/01/2013
Messages : 129
ID card : Prout



Sujet: Re: Tyden B. Smaragd — Civil [fini]
Sam 15 Fév - 9:12


Félicitations
Pour ta validation **

Je me permets de te valider pour ne pas te faire patienter plus longtemps! :)
C'est très bien écrit, prenant, ça se pose bien dans le contexte, ton personnage est intéressant ♥ Bref, que du bon à venir à rp!

Maintenant que tu es validé(e) tu peux aller recenser ton avatar, créer ta fiche de suivi, répondre au décret royal et, si tu en as envie, commencer un RP! Psst. N'oublie pas de compléter ton profil aussi ~
Enjoy!


Revenir en haut Aller en bas
 

 Tyden B. Smaragd — Civil [fini]

Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lacryheas :: La vie à Lacryheas :: Les Acteurs :: Présentations :: Validées-