AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses


 

 Aelicya S. Kamiya ☼ [CIVIL] [FINIE]

avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 09/02/2014
Messages : 7



Sujet: Aelicya S. Kamiya ☼ [CIVIL] [FINIE]
Lun 10 Fév - 6:14


AELICYA SELENE KAMIYA
With these silver wings, I'll live inside this storm

DÉNOMINATION ► Aelicya Sélène KAMIYA
SURNOM ► Aeli' ou encore Lys
AGE ► Vingt-et-un ans.
ORDRE ► Ordre d'argent
HABITATION ► Sidheim
LIEU DE NAISSANCE ► Sidheim
MÉTIER ► Artiste, elle exerce la profession d'idol.
AVATAR ► Megurine Luka de Vocaloid
• Aelicya, c'est le joli poison dont on aime s'enivrer.
• Aelicya, c'est la drogue qui mène doucement à un point de non-retour.
• Aelicya, c'est celle qui te mènera à perte avant de le réaliser.
• Aelicya, c'est le doux paradoxe de la violence et de l'amour.


Regarde-là, la jolie jeune enfant aux cheveux roses bonbon qui te regarde fixement de sa place, au fond de la salle. Elle qui semble ne se soucier de rien, avec son air de ne pas y toucher. Avec ses manies innocentes et enfantines, qui lui collent cette mélodie candide et implacable à la peau. Pourtant, elle, elle veut tout de toi. Cet amour débordant, elle veut se l'approprier, qu'un peu de chacun de vous lui appartiennent, qu'elle se sente enfin exister comme elle l'a fait autrefois. Le monde dans lequel elle vit n'est qu'une jolie comédie où chacune des personnes qu'elle croise joue un rôle, et elle, en maîtresse du jeu, dupe, trompe, et se fourvoie. Elle sourit, la demoiselle. D'un sourire puéril et facile, qui lui accordera les bonnes faveurs et la sympathie des autres. Sa seule arme contre sa faiblesse grandissante et sa maladresse dissimulée sous des visages attendrissants.

Vous la voyez, et vous pensez d'Aelicya qu'elle est sociable, joviale, une teinte légèrement frivole et légère dans le regard. Obstinée, audacieuse, parfois irresponsable et insouciante. Elle se délecte des bruits qui courent, se rie des à prioris, se plaît à nourrir cette curiosité malsaine qui les anime. Et au moment où une âme un peu trop effrontée l'interroge sur son passé, c'est sans plus attendre que la demoiselle se braque aussitôt et répond avec détachement, une once d'orgueil et une lueur impénétrable dans son regard livide.

Et elle se donne l'image d'une fille ouverte, l'inconsciente. Proche de la fragilité, de la vulnérabilité, elle laisse croire parfois qu'elle n'est qu'une jolie poupée manipulable, un peu cruche, de simple intelligence. Ô grave erreur que de la croire ainsi. Elle, en perpétuelle recherche d'affection d'autrui, elle manipule, tirant les cordes d'un jeu dont elle est coupable et victime. Une possessivité malsaine l'anime, et c'est sans remords qu'elle s'approprie l'affection des autres. Cette affection qu'elle recherche tant, elle, à qui on n'a pas appris à aimer correctement. Et qu'on lui résiste, qu'elle déteste ! Qu'elle hait voir quelqu'un lui imposer une quelconque résistance, un brin de provocation, pire, de l'indifférence. Quel affront à son égard.


HISTOIRE



Une histoire, un conte de fée dans l'histoire de cette fille pourtant si facile qui restera enfouie, dissimulée au plus profond de son être. Non, ne soignez pas cette blessure encore ouverte et profonde, laissez-lui ces cicatrices ancrées en sa peau pour lui laisser un fragment de cet homme qui ne lui appartiendra jamais entièrement. Permettez-lui encore juste un peu de consumer cet amour prohibé par la société, interdit par tout autre, qui jugerait cette mascarade des plus malsaines. Non, ne lui prenez pas ce qui est encore un peu à elle. Cédez-lui le droit de profiter des instants vécus à ses côtés, animant alors des sentiments recelés et déments. Qu'importe le qu'en dira-t-on, Aelicya n'a que faire des rumeurs colportées à son sujet, des jugements d'autrui sur cette romance, cette adoration, cette dévotion qu'elle n'a réservée qu'à lui. Une fois dans sa vie, cette femme enfant d'apparence si légère s'est brûlée pour un autre, a porté les souffrances pour pouvoir aimer, s'est adonnée à un être tout particulier à ses yeux, au point de se consacrer entièrement à un amour sans lendemain, une vie sans perpective d'avenir, une promesse sans aucune consécration possible. Ces sentiments, ces sensations, ces souvenirs, elle ne les léguera à quiconque. C'est sa blessure, son erreur, son pêché originel.



Des cris d'enfants qui jouent, une forêt de sapins où les rochers à escalader sont nombreux, et deux coeurs qui se cherchent encore, avec douceur.
➨ Aelicya ! Viens !
➨ J'arrive pas ! C'est trop haut j'ai peur !
➨ Mais allez ! Prends ma main.
Et il lui tendit sa main, à la petite princesse trop frêle pour escalader l'amas de roches qui se présentait devant elle et lui permettrait ainsi d'accéder à une partie annexe des bois. Elle accepta ce geste et leurs deux petites mains d'enfants de dix et onze ans se joignirent, pour finir de grimper et continuer leur escapade nocturne. Ils étaient jeunes, mêmes pas adolescents, et déjà ils avaient des projets tous les deux, comme des rêves innocents de gamins.
➨ Dis Matthew, tu crois vraiment que c'est une bonne idée de partir comme ça sans rien dire ?
➨ Mais oui, tu veux qu'il nous arrive quoi ? Tant qu'on reste ensemble, ça ira, non ?
➨ ... T'es sûr ?
➨ T'as confiance en moi ?
➨ ... Oui !
Malgré son hésitation et son inquiétude grandissante, Aelicya aurait suivi son demi-frère jusqu'au bout du monde. Cet enfant né de l'union de son père avec une autre femme, elle aurait dû le haïr peut-être. Mais quand on a dix ans, est-ce qu'on peut comprendre ce genre de choses ? Est-ce qu'on a vraiment conscience des sentiments que cette situation aurait dû inspirer ? Aelicya, elle, n'en avait pas conscience. Elle savait qu'elle l'aimait, lui, ses cheveux bleus constamment en bataille, ses yeux noisettes souvent posés sur elle, la douceur de ses mains quand il la consolait, son sourire des souvenirs qu'ensemble ils partageaient. Tout, elle aimait l'intégralité de son être. Et jamais elle ne l'a vu comme son frère. Car au fond, il ne l'était pas, ils n'avaient que leur père en commun, et avant leur neuvième anniversaire, ils ne vivaient pas ensemble. Ce n'était pas son frère. C'était son ami, son confident, celui qui illuminait ses journées et qui abandonnait ses nuits. Rien ne pouvait l'en éloigner, elle en était sûre.
➨ Matthew ! Aelicya !
➨ Maman ?
➨ Qu'est-ce qui vous as pris de partir comme ça aussi tard ? On vous a cherchés partout ! On était morts d'inquiétude !
Et voilà, c'était fini. Ces instants "intimes" avec lui avaient pris fin au moment où la voix de sa mère se faisait entendre derrière eux pour les ramener à la maison, là où ils grandissaient tous les deux et s'enfermaient derrière des barrières où Aelicya ne pouvait pas témoigner à sa juste valeur de l'affection qu'elle lui vouait. Mais ça, elle ne s'en rendait pas encore compte.



"I could never change
Just what I feel
My face will never show
What is not real„


Aelicya restait dans sa chambre, ces jours-là. Elle attendait qu'il vienne la chercher. Mais lui aussi, était là. Et elle ne l'aimait pas. Elle lui prenait son frère, et cette idée lui était insupportable. Et enfin, il arrivait.
➨ Aelicya, tu viens avec nous ?
➨ ...
➨ ... Qu'est-ce qu'il y a ?
➨ ... Rien.
➨ Si, c'est quoi le problème ? Comment je peux le régler si je sais pas ?
➨ Ben... C'est juste que j'en ai marre qu'il soit tout le temps là, avec nous. C'est peut-être ton meilleur ami mais j'ai l'impression qu'on passe moins de temps ensemble, du coup... T'es plus pareil avec moi.
➨ Oh, mais qu'est-ce que tu racontes ? Je vous aime tous les deux pareils, rien changera entre nous. Je te promets, princesse.
➨ C'est promis ?
➨ C'est promis.
Quelle naïveté, quelle petite idiote, capricieuse et égoïste. Comment pouvait-elle s'accaparer de la sorte celui qui partageait son sang à moitié. Et pourtant, elle continuait, lui arrachant ses sourires candides, lui extirpant ces minutes où il était libre, lui ravissant toute cette solitude dont il pouvait parfois avoir besoin. C'est le désir qui courre sous sa peau, la vanité qui l'anime, l'amour qui l'encourage dans ce besoin inconditionnel de posséder ce qu'elle ne peut avoir.
➨ Alors, Aelicya, elle vient ?
➨ Ouais, je l'ai ramenée.
➨ C'est pas pour toi que je viens.
➨ Oh quoi, t'as peur de m'affronter sans ton grand frère adoré ?
➨ J'ai pas peur de toi ! En plus c'est pas mon frère, ça l'est qu'à moitié.
L'inéluctable vérité que tu n'avoues qu'à demi-mot, Aelicya. Est-ce là si ardu de réaliser que jamais il ne sera à toi comme tu le voudrais ? Et tu réalises, du haut de tes quinze ans. Tu prends peu à peu conscience que ces sentiments qui te sont si précieux à l'égard de ton demi-frère ne sont pas naturels. Tu t'aperçois qu'un malaise s'installera peu à peu, lorsqu'il commencera à ramener ses copines à la maison, qu'il passera du temps avec sa bande potes plutôt qu'avec toi, qu'il t'effacera peu à peu au profit de gens qui prendront de plus en plus d'importance sa vie. Ca fait mal, de voir qu'un jour, on perdra cette importance superficielle. Et c'est frappant la manière avec laquelle tu t'accroches à un espoir qu'il t'aime un tant soit peu comme toi tu l'aimes.


Vinrent alors les dix-sept ans d'Aelicya. Période des premières expériences, des premiers amours, des premiers émois. Même pour elle. Et elle essayait d'oublier, de consumer ces sentiments qui la hantaient depuis des années déjà, s'adonnant dans d'autres bras que les siens. Est-ce qu'il le savait ? Elle espérait que non, et qu'il garde une image pure de sa petite soeur adorée. Car si elle ne pouvait pas vivre avec lui, elle ne ternirait pas l'impression qu'il pouvait avoir d'elle.
➨ Aelicya. Tu peux venir trente secondes ?
➨ Ouais, j'arrive.
➨ T'as pas dormi ici cette nuit, si ? T'étais où ?
➨ ...
➨ Tu veux pas me dire ?
➨ C'est pas ça, c'est juste que...
➨ Je veux pas te fliquer, mais fais attention à ce que tu fais, ok ?
Elle ne répondit pas et tourna simplement les talons, en silence. Comment pouvait-il se permettre de dire ça ? Il lui ramenait cruellement des filles à la maison, et il continuait pourtant de faire comme si de rien n'était. Ce qu'elle le haïssait dans ces moments-là. Ce qu'elle se haïssait de l'aimer tant et de paraître marginale à ce point auprès des autres. Pourtant cette passion qui la ronge, elle n'est capable que de l'atténuer, pas de l'effacer. Alors elle s'est jurée de ne faire part de ces sentiments à quiconque. Elle les gardera enfouis jusque dans sa tombe peut-être, sans personne pour les lui arracher. Et elle préférer fuir plutôt que d'affronter ce regard qui lui était indifférent à nouveau.

Aelicya avait toujours eu le rêve de percer dans le monde de la musique. Sa voix, mélodieuse, avait parfois été l'objet de compliments et de remarques positives. Elle y croyait, comme une enfant qui rêve au prince charmant.
Les castings qu'elle avait enchaînés et obtenu après maintes et maintes reprises avaient dans l'ensemble été concluants. Pourtant c'est bien à Sidheim qu'elle décroche une audition qui la mènera au statut d'idol qui lui sied si bien aujourd'hui. Aussi éphémère soit-elle, le succès qu'elle connaît aujourd'hui compense un tant soit peu ce besoin permanent d'attention qui l'anime.


Elle arpente les couloirs, la demoiselle au regard trop bleu pour être chaleureux, aux jambes trop fines, au teint trop pâle, à l'allure trop diaphane. Pourtant, elle, elle demeure silencieuse et scrute chaque détail du monde qui l'entoure, cette candy lady. Laisse la se dissiper, l'enfante innocente, se laisser aller, diverger aux choses du monde et autres fantaisies qui ne sont possibles que dans le monde imaginaire qu'elle se crée, où elle se réfugie et où elle se permet de rêver à nouveau aux souvenirs d'une vie pure et candide des années passées. Des manières enfantines, des mimiques innocentes, des fantasmes de femme. Ses mains dessinent quelques arabesques folles sur la vitre teintée et elle s'en va, vagabonde, échappe à l'emprise d'un monde superficiel et perverti. Une âme blessée et débauchée mais un coeur inaccessible et secret, préservé de toute intrusion curieuse, la tienne, la sienne, les autres.



Derrière l'écran

Moi c'est Aelicya, bientôt 18 ans donc l'année du baaaaaac ;; J'ai connu le forum par partenariat avec Breath! et il est sublime, obviously. Puis comme je stalke assez longtemps les bébés forums, me voilà ! Et sinon, ça fait bientôt 4/5 ans que je fais du RP même si j'avoue, ça fait 1an et demi que je n'ai rien fait, mais enfin, j'ai trouvé un forum où jouer ma Aelicya ohohoho ♥
ET J'AI PAS VU ELVIS WTF ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 08/01/2013
Messages : 129
ID card : Prout



Sujet: Re: Aelicya S. Kamiya ☼ [CIVIL] [FINIE]
Mer 12 Fév - 10:51


Félicitations
Tu écris bien et en plus, ton personnage est cool. Que dire de plus ? Si ce n'est que c'est parfait ! Allez hop, file rp qu'on découvre davantage cette idol ♥

Maintenant que tu es validé(e) tu peux aller recenser ton avatar, créer ta fiche de suivi, répondre au décret royal et, si tu en as envie, commencer un RP! Psst. N'oublie pas de compléter ton profil aussi ~
Enjoy!


Revenir en haut Aller en bas
 

 Aelicya S. Kamiya ☼ [CIVIL] [FINIE]

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [CR] Russian Civil War : Bordel au pays de Nicolas II
» armée civil war
» Civil War in the West
» Pour les Fans de ACW => Scourge of War an American Civil War grand tactical wargame
» The Battle of Brunete (Spanish Civil War 5 – 25 juil 1937)
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lacryheas :: La vie à Lacryheas :: Les Acteurs :: Présentations :: Validées-