AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Voir les messages sans réponses


 

 Que les ombres l'emportent. [LIBRE]

avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 09/01/2014
Messages : 18
ID card : Vingt ans ✽ GUIDE ✽ Sidheim (mais itinérante)




Sujet: Que les ombres l'emportent. [LIBRE]
Dim 9 Fév - 9:39



QUE LES OMBRES L'EMPORTENT
le vent effacera ses traces

C'est un jour comme un autre, n'est-ce pas ? Elle était partie la veille avec deux Templiers et leurs trois montures immaculées. Ils s'étaient arrêtés dans des villages, elle avait fait son travail à la perfection, comme elle en avait l'habitude. Puis ils avaient campé, elle dans une tente et eux postés devant, dormant tour à tour. Elle connaissait déjà sa destination, mais elle préférait ne pas y penser. Après tout, c'était un endroit comme un autre, son passé était loin derrière elle. Et pourtant, plus elle s'en approchait, plus l'appréhension grimpait dans sa poitrine, comme une boule prenant une place de plus en plus importante, lui comprimant les poumons. De plus, elle ne pouvait en parler à personne. Les Templiers qu'elle avait emmené n'étaient que deux inconnus à qui elle devait prouver qu'elle n'était pas qu'une chose fragile. Pourquoi avait-elle peur ? Son passé. Celui qu'elle a fuit. Celui qui mine de la rattraper au galot. Sa famille, ses amis. Celui qu'elle redoutait le plus devait être au courant de sa position actuelle depuis déjà bien longtemps... Il ne viendra pas, c'est pas son genre.

La ville n'avait pas changé. Ils traversèrent le Quartier des Artisans, passèrent devant les Mines, puis rejoignirent le fleuve pour le suivre au milieu des habitations jusqu'au Temple où elle accueillerait la population de Nethjea. Cette population si fragile, si fatiguée. Et pourtant, quand ils la virent, ils lui sourirent. Se souviennent-ils de la petite Reia qui déambulait dans les rues ? Non. C'est ses longs cheveux blancs qui les firent venir à elle, leur foi en Pyrhas et la nouvelle que la jeune fille récemment nommée Guide venait les visiter, cette nouvelle Guide dont on entendait tant de bien dans tout le pays. Aurait-elle aimé qu'on la reconnaisse ? La question n'eut pas le temps de l'effleurer, le Temple était devant elle et elle devait se préparer pour parler devant tous et bénir tout un chacun. Il y avait foule déjà devant et à l'intérieur : ça faisait si longtemps qu'un Guide n'était pas venu ici. Elle laissa sa monture à ses Templiers, salua le Prêtre qui s'occupait de ce Temple dépourvu de richesses et d'ornement, et se plaça devant l'autel, prête à prêcher la Vérité et le Bonheur à des êtres ne cherchant que le repos et le confort.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 08/02/2014
Messages : 7
ID card : 19 ans. Orfèvre. Nethjea.




Sujet: Re: Que les ombres l'emportent. [LIBRE]
Mer 12 Fév - 2:43




Personne n'a jamais connu la vraie beauté de Nethjea s'il n'a jamais longé son fleuve. C'est ce que l'habitante se plaisait à penser, chaque fois qu'elle venait rendre visite à son court d'eau favoris, une habitante passionnée par les environs superficiels ou naturels de sa région, une jeune femme ne laissant jamais aucune journée se passer sans action.

Culkin Remis: Blythe. Les cailloux t'attendent dehors, ils t'appellent en chantant...

Le bougre ne savait pas de quoi il parlait. Des cailloux ? Qu'il ose donc se répéter devant sa sœur éveillée. Parce qu'une sieste n'a jamais fait de mal à personne, Blythe s'était endormie sur une méridienne de couleur violet byzantin, installée dans la boutique de ses parents, normalement destinée à tout client souhaitant prendre ses aises.

Blythe Celena: C'est ouvert ... ?, prononça-t-elle, du mieux qu'elle le pouvait, une paupière ouverte, l'autre encore collée.

Sa voix était descendue dans des graves très profondes, ce qui amusa son frère musicien. Ce dernier lui assura que non, que personne n'avait pu entendre sa voix de baryton. Ceci dit, il ajouta qu'elle se devait de se réveiller afin de commencer sa journée d'orfèvre ou d'exploratrice comme elle aime se considérer.

Blythe Celena: Ah, mais là, ... ça change tout.

Elle se laissa rouler sur le sofa pour tomber sur le bois vernis de la boutique, un vernissage impeccable que l'on devait aux mains rigoureuses du père de famille.

Une main jointe aida l'enfant à peine éveillée à se lever du sol. Celena était plus grande que son aîné, alors elle passa son bras las autour de son épaule, lui ordonnant de l'accompagner jusqu'à la porte d'entrée, située à quelques petits pas de leur emplacement. Adorable comme il l'était, le pauvre frangin traîna sa jeune sœur jusqu'à l'entrée, amusé par sa sottise. Pour le reste du voyage, elle s'en remettait à ses longues jambes et sa paire de chaussures de tai chi (hj: je suppose que cet art martial n'existe pas dans ce contexte, mais c'pour donner une description des chaussures, hehe), rouge aniline. Son matériel de travail était resté sur le banc de bois, au devant de la boutique, elle n'avait plus qu'à se revêtir de tout ce chantier pour enfin s'en aller ' à l'aventure ', ...


La suite des événements nous emmène aux alentours du fleuve Nethjea, au bord d'une forêt très fréquentée par d'inoffensifs animaux sauvages, ainsi que de milliers d'insectes. Il s'agissait là d'un trésor pour l'enfant de joailliers, qui savait parfaitement qu'en regardant bien, on pouvait trouver toutes sortes de cristaux.
D'ailleurs, c'est ce qu'elle faisait, accroupie sur le sol boueux; ses mains gantées de cuir marron fouinaient dans les racines de grandes herbes. Elle était franchement à fond dans son travail. Mais pas assez pour repérer le nombre grandissant de familles qui traversaient les sentiers, longeant le fleuve Nethjea, ... Communément, surtout à cette heure de la journée, personne ne passait par-là. A force de sentir la présence d'Hommes derrière son dos, la jeune femme se décida à s'intéresser un peu plus au phénomène. Ramassant un petit sac de gemmes, elle suivit la route que tout le monde semblait prendre.

Tranquille dans sa démarche, elle déposa ses gemmes dans un sac de cuir, plus large.

Alors, c'est au temple qu'ils allaient, hein ? Le modeste mais sacré monument était visité d'une centaine d'habitants, ... Mais pourquoi aujourd'hui ? Pourquoi spécialement ce temple ?

???: Eh, idiote ! Comment tu as su pour la Guide ?
Blythe Celena: Eeeeeh ?!! LA GUIDE EST ICI ?

Désespéré, l'homme aux cheveux clairs bouscula l'épaule de sa cadette, comme pour lui remettre les idées en place.

Culkin Remis: Regarde les montures, là-bas. Tu penses qu'un paysan pourrait posséder de tels chevaux ? J'pense pas, hein.
Blythe Celena: Mais, t'as raison. 'faut aller voir, alors ! Viens !

Bon, elle avait été bien lente pour cette fois, mais elle se rattrapera un jour. On ne peut pas toujours être à l'affût de tout, même Blythe.

Devant le temple, il était difficile de se faire une idée de ce qu'il passait exactement, à cause de cette foule rarement rassemblée, si l'on ne prend pas en compte les rendez-vous habituels à l'arène Aubépine.
Blythe marmonnait, elle n'aimait pas cette habitude qu'avait les pratiquants de porter une lame avec eux, comme si c'était normal de laisser une arme aussi dangereuse dans les mains de n'importe qui. Croyants ou pas, dans son esprit, c'était clair, tout le monde pouvait avoir l'esprit tordu. D'ailleurs, l'inquiétude lui fit penser à Culkin: il était encore là, au moins ? Ou est-ce qu'il s'est déjà fait agresser par un hérétique ? ... Elle fit rouler son regard, agacée par l'ambiance générale. Elle voulait voir le Guide et puis, pourquoi sourire autant de la présence d'un membre du conseil. Ce n'est pas comme s'ils allaient soudainement leur donner un sens à leur vie.

Blythe Celena: Tellement de naïfs dans les parages.

La remarque silencieusement prononcée dans le vacarme arracha un rire étouffé des poumons de son aîné. Et puis, soudainement, Blythe compris une chose: l'élégante Reia et sa voix angélique s'apprêtaient à parler. Parler, oui. Alors on commence à faire silence dans la foule.
Faire taire une centaine d'Homme comme ça, c'était assez impressionnant ! Tant d'autorité pour une si frêle femme.

Blythe Celena: Elle est trop belle ! susurra l'enfant, ébahie, pleine d'admiration pour la guide. Elle continua avec ces mots, toujours aussi bas, ...
Blythe Celena: Je la verrais bien placardée sur un vitrail. Nan, mais pas elle directement ! Sa peinture, quoi. C'est une déesse, pas une humaine, je veux pas y croire.

A nouveau, Culkin qui avait accompagné sa soeur, se désespérait de ces remarques naïves. Mais ça l'amusait beaucoup, dans le fond. Bref, c'était quoi le discours ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 09/01/2014
Messages : 18
ID card : Vingt ans ✽ GUIDE ✽ Sidheim (mais itinérante)




Sujet: Re: Que les ombres l'emportent. [LIBRE]
Mer 12 Fév - 7:44



Debout, surplombant la foule, d'un simple regard elle la fait taire. Les discours, elle y est habituée maintenant. Mais ici, c'est différent, non ? Un long silence, elle tente d'encrer dans sa mémoire les visages de ces personnes pour qui elle se bat dans une longue bataille pour la Joie. Elle lit dans leurs yeux l'impatience, l'envie d'entendre ce qu'elle a à dire. Elle ne les laissera pas attendre davantage.

« Bonjour à tous et merci d'être venus si nombreux m'accueillir dans ce Temple qui compte tant à mes yeux. C'est ici que j'ai décidé d'entreprendre ma formation de Prêtresse, c'est ici que je suis devenue celle que vous voyez devant vous. Merci pour tout ce vous, citoyens de Nehtjea, m'avez apportée. »

Était-ce une bonne chose que de parler de ses origines ? Elle ne se démonte pas, regarde un par un ceux qu'elle vient de remercier avec tant de sincérité. Dans leurs yeux, de la bienveillance, de la reconnaissance. Rares sont ceux qui l'ignorent, n'a-t-elle pas devenue Guide grâce à sa voix captivante ?

« Comme vous le savez, Pyrhas alors qu'il était humain était sage et juste. Il a recherché longuement la paix intérieure ainsi que la vérité. A la fin de sa vie, il a trouvé et ouvert la Porte de la Vérité qui l'a emmené au cœur de Lacryheas où il vit et d'où il surveille les Hommes pour les guider vers le droit chemin. Depuis, nous, ses Prêtres et Prêtresses, le représentons ici-bas pour veiller à ce que les Hommes qu'il aime tant réussisse à trouver la Vérité et ainsi à vivre une vie sereine et heureuse. »

Elle sent les attentions se décrocher, elle ne peut faire de miracle. Les esprits ne sont plus autant tournés vers la religion ici, bien que son auditoire croit pour sa majorité en la Vérité et en Pyrhas. Mais les choses ne sont pas simples ici, et elle le savait avant de venir. Elle le sait depuis toujours. Mais elle s'est préparée.

« Je tiens à vous dire dès à présent que je tiens pas à vous sermonner ou à vous aplatir par ma soi-disant perfection comme ont pu le faire mes prédécesseurs. Être bon et juste n'est pas quelque chose de difficile, et je sais pertinemment que beaucoup d'entre vous connaissent ses valeurs et les appliquent d'ors et déjà, peut-être même sans s'en rendre compte. Mentir, voler, tricher, tromper. Ces choses là sont évitables facilement, elles ne demandent pas une attention particulière, simplement de la justesse. Bien sur, l'erreur est permise. Tout le monde fait des erreurs, vous savez, moi la première. Le Conseil et notre cher Prince n'y échappe pas. Mais Pyrhas est bon et il pardonne à ceux qui reconnaissent leurs erreurs, à ceux sont sincères avec eux-mêmes ainsi qu'avec les gens qu'ils aiment. »

Elle esquisse un sourire. Elle aime ces gens devant elle, elle aime le peuple de Lacryheas. Et elle ne le cache pas. Sur son visage, alors qu'elle épouse du regard chaque personne qu'elle réussi à voir, se lit l'amour qu'elle éprouve pour eux. Peut-être n'est-ce pas uniquement sa voix après tout, mais aussi cet amour qu'elle partage avec Pyrhas qui transpire de chaque parcelle de son corps.

« Je sais que la vie n'est pas toujours simple, surtout dans cette ville où j'ai moi-même grandi. Mais je crois en vous car je vous aime, et je sais au plus profond de moi que Pyrhas nous aime nous, enfants de Nethjea. Je tenais juste à vous le dire, car bien que vous avez l'impression d'avoir été abandonné par beaucoup, lui et moi sommes toujours là pour vous. »

Elle sait qu'ils la croient, elle le sent dans leurs sourires muets, dans leurs yeux reflétant leur méditation sur ses paroles.

« Je resterai ici, dans ce Temple, durant quatre jours, prête à vous écouter et à bénir ceux qui le voudront. Ne me craignez pas, je ne suis qu'une simple Humaine, une enfant de cette ville que vous faites vivre chaque jour. Je serai là pour vous. Merci de m'avoir écoutée, et que Pyrhas guide vos pas jusqu'à moi. »

Elle s'incline devant eux, elle ne leur est pas supérieure et elle leur doit le respect. Si seulement tous les gens un tant soi peu haut placés se rendaient compte qu'ils devaient tout au peuple et rien à eux-mêmes. Elle descend de l'autel et se dirige vers un de ses Templiers.

« Je reste un moment ici, avec eux. »

Elle avance vers le groupe le plus proche, tenant sa robe pour ne pas s'emmêler les pieds dedans. Ils semblent étonnés, elle en sourit tandis qu'elle les atteint, sans le moindre geste hautain.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur ▲ ▲

Date d'inscription : 09/01/2014
Messages : 26
ID card : 25 ans ♠ Fabricant d'armes ♠ Nethjea




Sujet: Re: Que les ombres l'emportent. [LIBRE]
Ven 14 Fév - 17:35




Les croyances religieuses, placer sa foi en une entité dite supérieure à n'importe quel être, se dire qu'un Dieu veille sur le monde et sur son bon fonctionnement, ce n'était pas dans les habitudes de Jenova qui, pourtant, se rendit auprès du Temple de Nethjea ce jour-là. Il s'y rendit oui, mais certainement pas pour prier ou faire une quelconque offrande. Il n'avait qu'une envie, la voir elle. Non pas parce qu'elle était célèbre, aimée du peuple ou acclamée, il voulait juste la revoir. Rien de plus. Quatre longues années à s'être perdus de vue, et la voilà qui revenait à Nethjea pour un court séjour, élégamment vêtue de parures dignes d'un grand Guide. Tout ce qu'elle était devenue, en réalité.

Alors qu'elle prêchait la bonne parole, Jenova préférait rester en retrait au lieu de se mêler à la foule. Simple question de bon sens voyez-vous. Il ne se faisait absolument pas d'idées en se disant que quelque chose clochait avec Reia. Cette même jeune fille qu'il avait secourue au marché noir, cette même jeune fille qui, depuis, lui rendait souvent visite à la forge avant de s'éclipser brutalement sans donner aucune nouvelle. Longtemps s'était-il demandé s'il ne l'avait pas offensée d'une manière ou d'une autre, même si son cœur persistait à lui dire qu'il n'était aucunement coupable. Sa formation de Guide l'avait forcée à s'éloigner, mais pourquoi ne lui avait-elle envoyé aucune lettre auparavant ? N'écoutant son discours qu'à moitié, préférant se concentrer uniquement sur le son de sa voix, Jenova balayait la foule du regard avant de s'arrêter sur un homme, un fidèle du Temple qui se tenait légèrement à l'écart, l'air peu commode. Il sentit alors que l'on tirait délicatement sur sa manche.

Jen.. J'ai faiiim, lâcha le petit dernier des Knox.
Mais qu'est-ce que tu fais là ? Si tu étais resté à la maison comme je te l'avais dit t'aurais pas à te plaindre.
Mais moi aussi je voulais voir la Guide, se défendit-il, arrachant un long soupir de la part de son grand-frère !

Le discours arriva à son terme, Reia était tournée vers ses deux templiers pour échanger quelques mots avant de s'approcher humblement d'un groupe de citoyens. Elle avait toujours été proche du peuple, et son geste obligea le jeune artisan à sourire. Sur ce point, elle n'avait pas changé. Un peu plus et il aurait pu frôler la nostalgie, si ce soit-disant fidèle n'avait pas attiré son attention en tentant de dissimuler ce qui lui semblait être une lame entre ses manches bouffantes. La notoriété avait beaucoup d'avantages, mais elle avait également son lot de risques.

Rentre à la maison.
Mais je-
Fais ce que je te dis et sans discuter, rentre à la maison !

Devant l'obstination de son frère et son haussement de ton, le gamin ne put que se résigner et rebroussa chemin, tandis que Jenova ne quittait pas le pseudo-serviteur de Pyrhas des yeux, surveillant ses moindres faits et gestes. Redoutant même le plus improbable, il se laissa porter par ses pas qui réduisaient cette distance qui le séparait de cette jeune femme aimée de tous, en prenant soin de ne pas se faire remarquer toutefois. Jouant la comédie et faisant mine de marcher le long du fleuve, le croyant s'arrêta à quelques mètres, attendant le moment le plus opportun pour mettre son plan à exécution. Le genre de planification qui hurlait intérieurement que cette place de Guide, ce titre si ostentatoire, si prometteur n'était pas fait pour cette femme au paraître si frêle. Mais plutôt pour quelqu'un qu'il estimerait capable d'une influence plus grande encore, quelqu'un comme lui, se disait-il.

Jenova se sentait nerveux, tiraillé par l'incertitude et son contraire, jusqu'à finalement faire la part des choses et trancher. Lame à découvert, le croyant s'élança, très vite emboîté par l'artisan jusque-là resté discret, il bouscula une jeune fille aux cheveux bleus dans sa course, sans prendre la peine de s'excuser -il n'en avait pas le temps- avant de faire chavirer la Guide -et lui-même avec- dans le fleuve un peu trop proche. Le criminel en herbe n'avait toujours pas réalisé qu'il avait lamentablement raté son coup. Pourtant du sang s'écoulait le long de sa lame, sans vraiment qu'il sache ce qu'il s'était passé, l'avait-il touchée elle ?

L'eau du fleuve se voulait froide, si ce n'est glacée. Cette température mêlée à la blessure ouverte dans le dos de Jenova eut l'effet d'une brûlure alors qu'il s'empressait de refaire surface en aidant Reia à mettre les pieds sur le rivage. Encore accoudé à la rive, il n'eut pourtant pas le temps de faire quoi que ce soit qu'un des templiers le sortit de l'eau avec force avant de l'immobiliser, face contre terre, tandis que son camarade s'occupait du cas de l'autre homme.

At-attendez, ce n'est pas-
Silence !

Il y a quelques jours, une annonce avait fait écho au cœur de Nethjea. Une annonce qui prévoyait la venue de la Guide. Depuis, Jenova attendait impatiemment cette date, même s'il l'appréhendait également. A vrai dire, il avait beaucoup hésité, malgré ses espérances, il ne s'était pas attendu à grand chose... Et encore moins à une situation pareille.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

▲ ▲



Sujet: Re: Que les ombres l'emportent. [LIBRE]

Revenir en haut Aller en bas
 

 Que les ombres l'emportent. [LIBRE]

Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lacryheas :: Lacryheas :: Nethjea :: Fleuve Nethjea-